• Il me semble important de devoir accompagner les élèves dans cet apprentissage en s'assurant qu'ils aient compris le principe de l'addition réitérée et de la commutativité.

    Ainsi pour la commutativité, si l'enfant connait 3 x 6, il connait 6 x 3. Même si l'enfant doit inverser les chiffres pour trouver plus facilement le résultat, il fait l'économie d'un apprentissage.

    Concernant l'addition réitérée, si un enfant est capable de calculer rapidement, il lui suffira de connaître seulement quelques résultats par cœur. Par exemple pour la table de 6. J'ai écrit les résultats que l'enfant connaît par cœur, à partir de ces derniers,  il pourra trouver les autres rapidement.

     

    6 × 1 = 6

    6 × 2 = 12

    6 × 3 =  L'enfant calcule 12 + 6

    6 × 4 =  L'enfant calcule 20 - 6

    6 × 5 = 30

    6 × 6 =  L'enfant calcule 30 + 6

    6 × 7 =  L'enfant calcule 48 - 6

    6 × 8 = 48

    6 × 9 =  L'enfant calcule 48 + 6

    6 × 10 = 60

     

    Pour l'apprentissage de chaque étape, il y a deux phases:

    - une phase où l'enfant apprend par cœur dans l'ordre, comme une poésie ou en chantant.

    -  une autre phase où l'enfant "révise"  dans le désordre.

     

    Ensuite, concernant l'ordre d'apprentissage des tables:

    La table de 2, ce sont les doubles, ils sont mémorisés avant même d’être traduits sous forme multiplicative. A partir de la table de 2, on met en place le principe de l'addition réitérée... On compte de 2 en 2...

    - Les tables de 4 et 8 sont ensuite bien placées, car on peut dire que la table de 4 est le double de la table de 2, et celle de 8 le double de la table de 4.

    En plus, il va y avoir une alternance entre les tables plus simples, avec des petits nombres et ainsi éviter la lourdeur de l'apprentissage de la table de 6 puis de 7 puis de 8 et enfin de 9.

    Pour la table de 8, je donne la poésie de Jean Tardieu (cf. plus bas). Les enfants doivent en devoirs, la lire 5 fois à voix haute, apprendre par cœur jusqu'à 8 x 6, puis par cœur jusqu'à la fin et enfin dans le désordre. Après je donne la poésie.

    - Après, apprendre les tables de 3 et 6 qui forment un ensemble car 6 est le double de 3. 

    - Ensuite, il y a la bonne table de 9, qui peut être facilitée par un certain nombre de remarques du type : « Le chiffre des dizaines avance toujours de 1, alors que le chiffre des unités recule toujours de 1. Ex : 18, 27, 36…. » ou encore la méthode des doigts :

    Pour calculer 9 x 8, je baisse mon huitième doigt, les doigts placés avant représentent les dizaines: 7 x 10 = 70 et les doigts placés après représentent les unités: 2. 70 + 2 = 72

    Je ne suis pas forcément pour cette méthode qui n'est pas très "mathématique", mais lorsqu' "adulte" j'ai appris cette méthode, j'ai trouvé dommage que personne ne me l'ai apprise avant...

    - Et la table de 5 qui est plutôt facile, avec des résultats qui se terminent par 5 ou 0.

     

    - Enfin, la table de 7 où normalement c’est fini, il n’y a plus rien à apprendre. Il ne reste plus que 7 x 7 qui est un carré assez bien mémorisé.

     

    Puis tout au long de ces six semaines, les enfants auront en parallèle des petits jeux.

    Tout d'abord, chaque enfant est revenu de vacances avec une petite boîte, dans laquelle les enfants rangent leurs cartes avec au recto une multiplication et au verso le résultat. Ils peuvent ainsi s'entraîner seul, quelqu'un peut les interroger mais d'autres jeux peuvent être mis en place entre deux élèves:

    - le jeu de la bataille: face multiplication, les enfants posent la carte du dessus et réfléchissent à celui qui a le meilleur résultats. Celui qui a le plus grand nombre gagne les cartes. Ils peuvent vérifier avec le verso.

    - un élève donne la multiplication, deux doivent répondre, celui qui répond le plus vite et correctement gagne la carte et donc un point. 

     

    J'ai ensuite imprimé des jeux sur la page de Lutin Bazar: le jeu de l'oie en escargot, le chemin des tables et le mémory.

     

    Il y a aussi le jeu de la table de Pythagore. Les enfants ont une table vierge format A3 plastifié, ils se partagent les cartes et le premier qui posent ses cartes gagne.

     Le jeu de la table de Pythagore

     

    Enfin, concernant les jeux de société du commerce, je vous conseille celui de Cat's Family, peut être un peu bruyant mais très sympa.

     

     

    Voici les poésies de Jean Tardieu, vous trouverez facilement celles des autres tables sur Internet.  

    Les sept nains

    La princesse Blanche-Neige,

    Chez les sept nains qui la protègent

    Lave, nettoie, époussète,

    Sept fois un, sept.

    Lorsqu’une vieille aux jambes torses,

    Sept fois deux, quatorze.

    Lui dit : "Prends ce beau fruit, tiens !"

    Sept fois trois, vingt et un.

    Mais un des nains frappe à la vitre,

    Sept fois quatre, vingt-huit.

    Et lui dit : "Garde-toi bien,

    Sept fois cinq, trente cinq.

    De mordre à ce fruit dangereux,

    Sept fois six, quarante-deux.

    C’est un poison qu’elle t’offre !"

    Sept fois sept, quarante-neuf.

    La vieille, dans les airs, s’enfuit

    Sept fois huit, cinquante-six.

    Et la Princesse des bois,

    Sept fois neuf, soixante-trois.

    Est sauvée par ses amis,

    Sept fois dix, soixante-dix.

    Jean TARDIEU

     

     

    Le cowboy et les voleurs

    Ces huit voleurs de chevaux

    Sont surpris un peu trop tôt

    Par le cowboy Hippolyte,

    Huit fois un, huit.

    Ils s'enfuient et chacun d'eux

    Tire sur lui deux coups de feu

    Quel vacarme ! Quelle fournaise !

    Huit fois deux, seize.

    Mais ils ne peuvent l'abattre,

    Huit fois trois, vingt-quatre.

    Alors il lance sur eux,

    Huit fois quatre, trente-deux.

    Son lasso de cordes puissantes

    Huit fois cinq, quarante.

    Et les entraîne à sa suite

    Huit fois six, quarante-huit.

    Sur son passage, on applaudit,

    Huit fois sept, cinquante-six.

    On entend les tambours battre,

    Huit fois huit, soixante-quatre.

    Tous les enfants sont à ses trousses,

    Huit fois neuf, soixante-douze.

    En triomphateur il revient

    Huit fois dix, quatre-vingts.

     

    Jean TARDIEU


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique